David entre dans l’univers musical très tôt en choisissant la clarinette. Dès 10 ans, il commence à chanter au sein d’une chorale d’enfants du nord de la France. C’est en parallèle à des études de physique qu’il entre au conservatoire de Lille. Il fait alors ses premiers pas sur scène dans le chœur sous la direction de Jean-Claude Malgoire. Désireux de pousser plus loin l’expérience, il intègre le Centre de Musique Baroque de Versailles puis le conservatoire d’Amsterdam. Il profite alors des conseils de Valérie Guillorit, Maarten Koningsberger, Hélène Dufour ou David Wilson-Johnson. De retour à Paris il se perfectionne auprès d’Anna Maria Bondi et Sébastien Obrecht. Il chante pendant plus de 10 ans dans le chœur du Concert Spirituel, où le travail auprès d’Hervé Niquet participe à son évolution vocale et stylistique. Il joue sous sa direction Philinte dans Les Amants Magnifiques, comédie-ballet de Molière et Lully.

Au cours des dernières années il interprète également Bellone, Osman et Huascar (Les Indes Galantes, Rameau), Jupiter et Télénus (Naïs, Rameau), Enée et Le Marin (Didon et Enée, Purcell), Der Priest (Die erste Walpurgisnacht, Mendelssohn). Son goût pour le jeu scénique l’amène à travailler auprès de metteurs en scène comme Jean-Denis Monory (Coviello dans L’Egisto de Mazzocchi et Marazzoli), Edouard Signolet (Ben dans The Telephone de Menotti), ou plus récemment Vincent Tavernier (Giacinto dans Il mondo alla roversa de Galuppi).

 

Il retrouve régulièrement la compagnie de l’ensemble Marguerite Louise dirigé par Gaétan Jarry. Il enregistre à ses côtés des petits motets de Charpentier (« Motets pour une princesse », L’Encelade), le rôle de La Discorde (Les Arts Florissants, Charpentier, Versailles Spectacles) ou encore des grands motets de Mondonville et Rameau (sortie prochaine sous le label Versailles Spectacles).

On pourra le voir et l’entendre prochainement dans des grands motets de Rameau et Mondonville avec l’ensemble Marguerite Louise (Versailles et Lyon), dans Ariane et Bacchus avec Le Concert Spirituel au Théâtre des Champs-Elysées ou dans Zoroastre de Rameau avec Les Ambassadeurs.

DW b&w.jpg
©  Clémence Maucourant